Jacques Mérienne Tag

4ème Semaine de Carême « Moi, j’étais comme un agneau docile qu’on emmène à l’abattoir » Lecture du livre du prophète Jérémie 11, 18-20 « Seigneur, tu m’as fait savoir, et maintenant je sais, tu m’as fait voir leurs manœuvres. Moi, j’étais comme un agneau docile qu’on emmène à l’abattoir, et je ne savais pas qu’ils montaient un complot contre moi. Ils disaient : “Coupons l’arbre à la racine, retranchons-le de...

« Je ne suis pas venu de moi-même : mais il est vrai celui qui m’a envoyé » déclare Jésus à ceux qui croient le connaître, qui croient le reconnaître. Il est vrai le Père qui a envoyé son Fils, et le Fils sait qu’il est vrai parce qu’il l’aime. Est-ce que nous savons nous aussi découvrir la vérité —...

Méditation 25 mars : fête de l’Annonciation Tu ne demandais ni sacrifice ni victime, alors j’ai dit : « voici, je viens ! » Ce verset du psaume est au cœur des textes de ce jour de l’Annonciation, mais il est souvent caché par la réponse simple et absolue que Marie fait à l’ange : « d’accord,  je suis la servante du Seigneur ». Le verset de l’Évangile exprime...

« On n’y entendra plus de pleurs ni de cris » Lecture du livre du prophète Isaïe 65, 17-21 Ainsi parle le Seigneur : Oui, voici : je vais créer un ciel nouveau et une terre nouvelle, on ne se souviendra plus du passé, il ne reviendra plus à l’esprit. Soyez plutôt dans la joie, exultez sans fin pour ce que je...

Accédez aux lectures du jour en cliquant sur ce lien. Homélie du père Jacques Mérienne [caption id="attachment_9765" align="alignleft" width="200"] © Florence Carillon[/caption] Pour une fois mettons-nous dans la tête de ceux qui s’opposent à Jésus, de ceux qui sont scandalisés parce qu’il a guéri un aveugle le jour du sabbat, ou plutôt parce qu’il « cracha à terre et, avec la salive, il...

Si je perds mon téléphone je ne peux plus appeler mon ami ! Mais je peux toujours l’aimer. L’aimer dans le silence, dans la distance, dans l’attente et sans le voir… Si je perds mon téléphone je suis perdu, d’abord affolé puis vite angoissé, je ressens ma vulnérabilité, oui je suis mortel. Mais si je choisis la patience alors je ressens...