Je donne au Denier

Les ressources
de la paroisse

Quelles subventions reçoit Saint-Eustache ?

Aucune ! Ni de l’Etat, ni du Diocèse, ni du Vatican. C’est pourquoi la paroisse est très reconnaissante aux plus de 450 donateurs, en moyenne, dont la générosité permet d’assurer les dépenses de fonctionnement et d’investissement. Chaque jour, le curé de Saint-Eustache doit trouver 3000 euros pour « faire tourner la paroisse ».

Rappelons qu’une déduction fiscale de 66 % est accordée pour tout don au Denier. Un don de 100 euros ne vous coûte donc que 34 € après déduction fiscale.

 

MONTANTS DU DENIER récoltés à Saint-Eustache

Période du 01/01/2023 au 31/12/2023 

Montant : 254 962,50 EUROS
Donateurs: 453

Période du 01/01/2022 au 31/12/2022 

Montant : 257 894,00 EUROS
Donateurs : 464

Ces résultats sont l’occasion de nous réjouir, car nous avons quasiment rattrapé le montant recueilli en 2022 (qui était très favorable) ; de plus, le montant du don moyen a augmenté, passant de 558,8 € à 562,83 €. Mais il y a également lieu de nous inquiéter sur la baisse du nombre des donateurs et l’augmentation de l’âge moyen de ceux-ci.

Soutenir Saint-Eustache

Participer au Denier

Denier 2022 : un grand merci à l’ensemble de nos donateurs 

 

En ce début d’année 2023, je tiens à remercier personnellement tous les donateurs au Denier de l’Église qui ont choisi Saint-Eustache comme paroisse de don en 2022.

Tous les dons sont importants, même les plus modestes, d’une part parce que les petits ruisseaux font les grandes rivières, d’autre part parce que chacun peut contribuer à sa mesure à la vie de l’Église, telle la veuve dans l’Évangile de Luc (21, 1-4).

L’année 2022 a été particulièrement bonne, surtout en fin d’année, puisque la moitié des dons de l’année se sont concentrés en novembre-décembre.

Cette année les dons de nos 464 donateurs ont permis de récolter 257 894 euros, une somme supérieure à celle collectée en 2021.

Le Denier est un regain d’énergie pour renforcer tout ce qui fait la richesse de l’église Saint-Eustache, où les messes, les chants liturgiques bénéficient d’un lieu d’exception au cœur de Paris.

Les sommes récoltées permettront également à notre paroisse de faire face à ses dépenses à long terme : entretenir et chauffer ses locaux, assurer le traitement des prêtres, payer les salariés qui déchargent les prêtres des tâches quotidiennes pour leur permettre de se consacrer à leur mission pastorale, aider les associations de solidarité.

Je vous rappelle que l’Église ne perçoit aucune subvention, ni de l’État, ni du Vatican.

Ses ressources proviennent exclusivement de ses fidèles.

 

À chacun, un grand merci !

 

Père Yves Trocheris, curé de Saint-Eustache

Je viens vous parler du Denier

Lorsqu’on m’a demandé de témoigner devant vous pour la collecte du denier, j’ai accepté bien volontiers. Puis je me suis trouvé perplexe. Quoi de commun en effet entre celui qui fréquente Saint-Eustache tout simplement parce que c’est sa paroisse, celui qui vient de plus loin de Paris ou de communes avoisinantes parce que la beauté du lieu et des liturgies l’aide à prier et entrer en communion, ou enfin celui qui entre ici parce que c’est le lien ténu qui le relie à la vie ?
Ce qu’il y a de commun, c’est en effet cette église, ce lieu magnifique et inspirant, et ceux qui le font vivre au quotidien, prêtres, salariés et bénévoles.

Saint-Eustache demande de grandes ressources. On peut déjà en avoir une vision « comptable ». Le budget nécessaire pour faire vivre cet édifice est déjà vertigineux. Il vous est présenté chaque année, et ce sont plusieurs centaines de milliers d’euros qui sont nécessaires. C’est le minimum nécessaire, le « métabolisme de base », comme diraient les biologistes.

Mais il faut voir plus loin : la vocation de cette église n’est pas de survivre dans une version minimaliste. Elle est de rayonner et d’accueillir, et ce ne sont pas les actions ni les projets qui manquent ! En venant à Saint-Eustache il y a une quinzaine d’années pour m’occuper du Grand Orgue, j’ai été frappé – pour ne pas dire ému – par le grand nombre d’actions caritatives menées sous l’égide de la paroisse.

Nous avons besoin d’argent pour mener tous ces projets et toutes ces actions à bien. Alors soyons généreux ! Comme nos amis américains, sachons donner en proportion de  ce que nous avons reçu ! Chacun donnera selon ses moyens, bien sûr, mais sachons donner généreusement. Merci !

Philippe de Carné, paroissien.

Qui finance les travaux
de Saint-Eustache ?

Des visiteurs s’étonnent parfois de l’état de délabrement de certaines chapelles. Précisons donc que la prise en charge des importants travaux de réfection est du ressort du propriétaire des lieux de culte : la mairie de Paris. Ces dernières années, celle-ci a pu attribuer les fonds nécessaires pour de gros travaux de réfection et la rénovation de six chapelles. Dans le futur, l’effort se poursuivra à la mesure des possibilités financières de la Ville. C’est, par contre, à la paroisse qu’incombent les travaux courants d’entretien et le chauffage. Au cours du dernier hiver le coût du chauffage a été de 40 000 €.

0 Partages
Tweetez
Enregistrer
Partagez