Vendredi saint, chemin de croix

Vendredi saint, chemin de croix

Introduction

P. Entrons dans ce chemin que nous ouvre le Christ, comme si nous étions sourds et nous le sommes, comme si nous étions aveugles et nous le sommes, comme si nous avions tout abandonné. Marchons dans les pas du Christ en suivant saint Jean de la Croix :

Sur les traces de vos pas
les vierges courent le chemin
le choc de l’étincelle,
le vin apprêté
leur fait exhaler un baume divin.

P. Première station : Condamnation de Jésus

L. de l’Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc
Alors Pilate convoqua les grands prêtres, les chefs et le peuple. « Vous m’avez amené cet homme en l’accusant d’introduire la subversion dans le peuple. Or j’ai moi-même instruit l’affaire devant vous… je n’ai trouvé chez cet homme aucun motif de condamnation. Mais ils insistaient à grands cris réclamant qu’il soit crucifié… Alors Pilate décida de satisfaire leur requête.

Méditation :
P. du livre d’Isaïe
Comme un surgeon il a grandi devant le Seigneur, comme une racine en terre aride sans beauté ni éclat pour attirer nos regards et sans apparence qui nous eût séduits. Objet de mépris, abandonné des hommes, homme de douleur, familier de la souffrance, comme quelqu’un devant qui on se voile la face, méprisé nous n’en faisions aucun cas.

Prière

Chant : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?
Psaume 21

Mon Dieu, j’appelle tout le jour,
même la nuit, je n’ai pas de repos.
Toi, pourtant, tu es saint,
toi qui habites les hymnes d’Israël !
C’est en toi que nos pères espéraient,
ils espéraient et tu les délivrais.
Je suis comme l’eau qui se répand,
tous mes membres se disloquent.
Mon cœur est comme la cire,
Il fond au milieu de mes entrailles.

Ma vigueur a séché comme l’argile,
Ma langue colle à mon palais.
Tu me mènes à la poussière de la mort…
Mais toi Seigneur ne sois pas loin
O ma force, viens vite à mon aide !

P. Deuxième station : Outrages, Il traîne sa croix
L. de l ’Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

( Les soldats) le revêtent de pourpre et lui posent sur la tête une couronne d’épines qu’ils ont tressée. Puis ils se mirent à lui faire des salutations en disant « Salut, Roi des juifs ! ». Ils crachaient sur lui et s’agenouillaient pour lui rendre hommage.
Puis de là ils l’emmenèrent pour le crucifier et ils réquisitionnent pour porter sa croix, un passant Simon de Cyrène,… qui revenait des champs.

Méditation :
P. du livre d’Isaïe

Or ce sont nos souffrances qu’il portait, et nos douleurs dont il était chargé. Et nous, nous le considérions comme puni, frappé par Dieu, humilié.

Prière

Max Jacob : Agonie

L 2. Mon Dieu, que je suis las d’être sans espérance, de rouler le tonneau lourd de ma échéance et sans moyens d’en finir avec la terre.

Chant : Ils me percent les mains et les pieds, je peux compter tous mes os.
Psaume 21

Quand ils criaient vers toi, ils échappaient ;
en toi ils espéraient et n’étaient pas déçus.
Et moi, je suis un ver, pas un homme,
raillé par les gens, rejeté par le peuple.

P. Troisième station : Jésus tombe pour la première fois
L. du Psaume 12

Combien de temps Seigneur vas-tu m’oublier ?
Combien de temps me cacher ton visage ?
Combien de temps mon ennemi sera-t-il le plus fort ?
Regarde, réponds-moi, Seigneur mon Dieu,
Donne la lumière à mes yeux.

Méditation :
P. du livre du Cantique des Cantiques

J’ai cherché dans mon lit, durant les nuits, celui qu’aime mon âme; je l’ai cherché et je ne l’ai pas trouvé.

Prière

Max Jacob, Agonie

L 2. Mais ce mort! et cette figure
que l’appréhension des tortures torture !
Cependant vous êtes pardon !
Donc épargnez-moi les saumures,
brûlures et déconfitures.
J’espère en Dieu! en vous j’espère
qui ne voulez qu’on désespère.

Chant : Ils me percent les mains et les pieds, je peux compter tous mes os.
Psaume 21

Tous ceux qui me voient me bafouent,
ils ricanent et hochent la tête :
« Il comptait sur le Seigneur : qu’il le délivre !
Qu’il le sauve, puisqu’il est son ami ! »

P. Quatrième station : Jésus rencontre sa mère
L. du Cantique de Saint Jean de la Croix

Mais comment peux-tu subsister,
O vie, puisque tu ne vis plus là où est ta vie ?
lorsque tendent à te faire mourir
les flèches que tu reçois…

Méditation :
P. du livre des Lamentations

A quoi te comparer ? A quoi te dire semblable, Fille de Jérusalem ?
Qui pourra te sauver et te consoler,
vierge, fille de Sion ?
Car il est grand comme la mer ton brisement
Qui donc va te guérir ?

Prière

Pablo Neruda : Faible de l’aube

L 2. Le jour des malheureux, le jour pâle se penche avec une déchirante odeur froide,
dans la grisaille de ses forces
sans grelots, l’aube ruisselant de tous côtés :
c’est un naufrage dans le vide, avec un alentour de sanglots.

Chant : Ils me percent les mains et les pieds, je peux compter tous mes os.
Psaume 21

C’est toi qui m’as tiré du ventre de ma mère,
qui m’a mis en sûreté entre ses bras.
A toi je fus confié dès ma naissance ;
dès le ventre de ma mère, tu es mon Dieu.

P. Cinquième station : Jésus secouru par Simon de Cyrène
L. du Psaume 11

Pour le pauvre qui gémit
Le malheureux que l’on dépouille
Maintenant je me lève dit le Seigneur
à celui qu’on méprise, je porte secours.

Méditation :
P. du livre des Lamentations

Souviens-toi de ma misère et de mon angoisse
c’est absinthe et fiel !
Elle s’en souvient, elle s’en souvient mon âme
et elle s’effondre en moi.
Voici ce qu’à mon cœur je rappellerai
pour reprendre espoir :
les faveurs du Seigneur ne sont pas finies,
ni ses compassions épuisées,
elles se renouvellent chaque matin,
grande est sa fidélité.

Prière

Max Jacob, Vers sans art

L 2. Le silence est partout excepté dans mes yeux.
Enivrez-vous de moi! Cherchez moi davantage…
Pensez avec respect: en vous est mon image,
Votre secret bonheur au milieu des chagrins.

Chant : Ils me percent les mains et les pieds, je peux compter tous mes os.
Psaume 21

Ne sois pas loin : l’angoisse est proche,
je n’ai personne pour m’aider.
Des fauves nombreux me cernent,
des taureaux de Basan m’encerclent.

P. Sixième station : Véronique essuie le visage de Jésus
L. du Psaume 30

Prends pitié de moi Seigneur,
Je suis en détresse.
La douleur me ronge les yeux
la gorge et les entrailles.
Ma vie s’achève dans les larmes,
et mes années dans les souffrances.

Méditation :
P. de l’Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu

J’avais faim et vous m’avez donné à manger, j’avais soif et vous m’avez donné à boire; j’étais un étranger et m’avez accueilli; j’étais nu et vous m’avez habillé, j’étais malade et vous m’avez visité.

Prière

Pierre Reverdy : Le cœur écartelé

L 2. Le temps roule sous ses vagues
Parfois son sang coule à l’envers
Et ses larmes tachent le linge
Sa main cueille les arbres verts
Et les bouquets d’algues de plages
Sa foi est un buisson d’épines
Ses mains saignent contre son cœur
Ses yeux ont perdu la lumière
Et ses pieds traînent sur la mer
Comme les bras morts des pieuvres.

Chant : Ils me percent les mains et les pieds, je peux compter tous mes os.
Psaume 21

Je suis comme l’eau qui se répand,
tous mes membres se disloquent.
Mon cœur est comme la cire,
il fond au milieu de mes entrailles.

P. Septième station : Jésus tombe pour la deuxième fois
L. du Psaume 6

Et toi, Seigneur, que fais-tu ?
Reviens, Seigneur, délivre-moi
sauve-moi en raison de ton amour !
Je m’épuise à force de gémir
Mes yeux sont rongés de chagrin.

Méditation :
P. du livre de Job

Mon souffle en moi s’épuise
et les fossoyeurs pour moi s’assemblent.
Je n’ai pour compagnons que des railleurs,
dont la dureté obsède mes veilles.
Tu as fermé leur cœur à la raison,
aussi aucune main ne se lève.
Je suis devenu la fable des gens,
quelqu’un à qui on crache au visage.
Mes yeux s’éteignent de chagrin,
mes membres s’évanouissent comme l’ombre.

Prière

Fernando Pessoa

L 2. Grands sont les déserts et tout est désert.
Il faut plus que quelques tonnes de pierres ou de tuiles dressées
pour déguiser la terre, cette terre qui est vérité.
Grands sont les déserts, désertes et grandes les âmes,
désertes parce que nul ne traverse qu’elles- mêmes,
grandes parce que là tout est visible et tout est mort.
Grands sont les déserts, ô mon âme !
Grands sont les déserts.

Chant : Ils me percent les mains et les pieds, je peux compter tous mes os.
Psaume 21

Ma vigueur a séché
comme l’argile,
ma langue colle à mon palais.
Tu me mènes à la poussière de la mort.

P. Huitième station : Jésus console les femmes de Jérusalem
L. de l’Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc

Le peuple en grande foule le suivait ainsi que des femmes qui se frappaient la poitrine et se lamentaient sur lui. mais se retournant vers elles Jésus dit : « Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi ! Pleurez plutôt sur vous-mêmes et sur vos enfants… Car si on traite ainsi le bois vert, qu’arrivera-t-il au bois sec ? »

Méditation :
P. du livre d’Isaïe
Tous comme des moutons nous étions errants, chacun suivant son propre chemin.

Prière

Pierre Reverdy : Le silence infernal

L 2. A tous ceux qui ont pris la honte à son revers
à tous ceux qui n’ont pas de chambre sur la rue
à tous ceux qui se lavent les mains dans le malheur…
Entre les cœurs reclus aucun mur mitoyen
Accablés sous le vent, navires sans adresse
Sourires déroutés virant à contre bord.

Chant : Ils me percent les mains et les pieds, je peux compter tous mes os.
Psaume 21

Préserve ma vie de l’épée,
arrache-moi aux griffes du chien ;
sauve-moi de la gueule du lion
et de la corne des buffles.

P. Neuvième station : Jésus tombe pour la troisième fois
L. du livre des Cantique des Cantiques

J’ai ouvert ma porte à mon bien-aimé,
en ayant tiré le verrou; mais il s’en était déjà allé et il avait passé ailleurs.
Mon âme s’était comme fondue au son de sa voix; je l’ai cherché et ne l’ai point trouvé;
je l’ai appelé et il n’a point répondu.

Méditation :
des Psaumes 82 et 37

P. Dieu ne garde pas le silence,
ne sois pas immobile et muet,
Vois tes ennemis qui grondent, tes adversaires qui lèvent la tête.
Ceux qui veulent ma perte me talonnent,
ces gens qui cherchent mon malheur…
Moi comme un sourd je n’entends rien,
comme un muet je n’ouvre pas la bouche.

Prière

François Cheng

L 2. Avoir tout dit
et ne plus rien dire
Accéder enfin au chant
par le pur silence

Chant : Ô croix, sublime folie, Ô croix de Jésus-Christ ! (bis)

Dieu rend par toi la vie
et nous rachète à grand prix :
L’amour de Dieu est folie,
Ô croix de Jésus-Christ !

P. Dixième station : Jésus est dépouillé et crucifié
L. de l’Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean

Quand les soldats eurent crucifié Jésus, ils prirent ses habits, ils en firent quatre parts, une pour chaque soldat. Ils prirent aussi la tunique : c’était une tunique sans couture, tissée tout d’une pièce de haut en bas… Ainsi s’accomplissait la parole de l’Ecriture :
Ils se sont partagés mes habits ; ils ont tiré au sort mon vêtement.

Méditation : Psaume 34

P. Comment peux-tu voir cela Seigneur ?
Tire ma vie de ce désastre, délivre- moi de ces fauves
Tu as vu ,Seigneur, sors de ton silence !
Seigneur, ne sois pas loin de moi !
Réveille-toi, lève-toi, Seigneur mon Dieu,
Pour défendre et juger ma cause !

Prière

Saint Jean de la Croix, Cantique spirituel

L 2. Pourquoi avez-vous donc blessé
Ce cœur et ne l’avez-vous pas guéri ?
Puisque vous me l’avez ravi,
Pourquoi le laissez-vous ainsi ?
Et n’emportez-vous pas le larcin que vous avez commis ?

Chant : Ils me percent les mains et les pieds, je peux compter tous mes os.
Psaume 21

Ces gens me voient, ils me regardent.
Ils partagent entre eux mes habits et tirent au sort mon vêtement.
Mais toi, Seigneur, ne sois pas loin :
ô ma force, viens vite à mon aide !

P. Onzième station : Jésus sur la Croix
de l’Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean

L. Jésus disait : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font »…
Jésus voyant sa mère et près d’elle le disciple qu’il aimait dit à sa mère : « Femme, voici ton fils ». Puis il dit au disciple : « Voici ta mère ».

Méditation : Saint Jean de la Croix, Cantique spirituel 33

P. Quand vous me regardiez,
Vos yeux imprimaient en moi votre grâce.
Aussi vous m’aimiez avec tendresse
Et les miens méritaient par là
D’adorer ce qu’ils voyaient en vous.

Prière

Max Jacob : Présence de Dieu

L 2. L’amour n’attend pas, il n’attend pas…
C’est un secret et il n’y a pas de mots pour dire
que mon sang en Lui Dieu se retire
comme en un seul cœur.

Chant : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?
Psaume 21

Oui, des chiens me cernent,
une bande de vauriens m’entoure.
Ils me percent les mains et les pieds ;
Je peux compter tous mes os.

P. Douzième station : Jésus agonise

L. de l’Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc

Quand arriva la sixième heure ( c’est-à dire midi ) l’obscurité se fit sur toute la terre jusqu’à la neuvième heure. Et à la neuvième heure Jésus cria d’une voix forte : « Eloï, Eloï, lema sabactani. » Ce qui se traduit par : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné? »

Méditation :
P. du livre des Lamentations

Le Seigneur a accompli ce qu’il avait résolu, exécuté sa parole décrétée depuis les jours anciens, il a détruit sans pitié, il a réjoui l’ennemi à tes dépens, exalté la vigueur de tes adversaires. Crie donc vers le Seigneur, rempart de la fille de Sion, laisse couler tes larmes comme un torrent jour et nuit, ne t’accorde pas de relâche, que tes yeux n’aient pas de repos.
Debout ! Pousse un cri dans la nuit au commencement des veilles.

Prière

Max Jacob, Jugement dernier

L 2. A votre aide, ô mon Dieu, voyez que je recours…
Que tout me quitte,
ô Dieu, mais non pas le souci
Du jour où de vous, Dieu, je recevrai l’acquit.

Chant : Ô croix dressée sur le monde, Ô croix de Jésus-Christ ! (bis)

Fleuve dont l’eau féconde
du cœur ouvert a jailli,
par toi la vie surabonde,
Ô croix de Jésus-Christ !

P. Treizième station : Jésus meurt
L. de l’Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc

Le rideau du Sanctuaire se déchira par le milieu. Alors Jésus poussa un grand cri : « Père, entre tes mains je remets mon esprit. » Et après avoir dit ça, il expira.

Méditation :
P. du livre du Cantique des Cantiques

J’entends la voix de mon bien-aimé, le voici qui vient, sautant au-dessus des montagnes, passant par dessus les collines. Mon bien-aimé est semblable à un chevreuil et à un faon de biche. Le voici qui se tient derrière notre muraille, qui regarde par les fenêtres, qui jette sa vue au travers des barreaux…Montrez-nous votre visage, que votre voix se fasse entendre à mes oreilles; car votre voix est douce et votre visage agréable.
Prière

Fernando Pessoa, Magnificat

L 2. Quand s’arrêtera ce drame sans théâtre
ou ce théâtre sans drame,
et quand rentrerai-je au logis ?…
C’est lui !
Lui qui tel Josué arrêtera le soleil et moi je m’éveillerai
et alors il fera jour.
Souris en dormant, mon âme !
Souris, mon âme, il fera jour !

Chant : Ô croix, sagesse suprême, Ô croix de Jésus-Christ ! (bis)

Le Fils de Dieu lui-même
jusqu’à la mort obéit ;
Ton dénuement est extrême,
Ô croix de Jésus-Christ !

P. Quatorzième station : Jésus est enseveli
L. de l’Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc

Joseph d’Arimathie intervint. Sur le rapport du centurion Pilate permit à Joseph de prendre le corps. Alors Joseph acheta un linceul, il descendit Jésus de la croix, l’enveloppa dans le linceul et le déposa dans un tombeau qui était creusé dans le roc. Puis il roula une pierre contre l’entrée du tombeau.

Méditation :
P. du livre du Cantique des Cantiques

Voilà mon bien-aimé qui me parle et qui me dit : « Lève-toi, hâte-toi, mon amie, ma toute belle, mon unique beauté, et viens. Car l’hiver est déjà passé, les pluies se sont dissipées et ont cessé entièrement. Les fleurs paraissent sur notre terre, le temps de tailler la vigne est venu, la voix de la tourterelle s’est fait entendre sur notre terre. Lève-toi, ma bien-aimée, mon unique beauté et viens. »

Prière

François Cheng, Le long d’un amour

L 2. Être humble assez pour entendre l’impalpable
dévoiler l’indicible, épouser l’inouï
Se dépouiller tel un arbre en hiver
ouvert aux affres et aux effrois
Dressant ses branches contre le ciel étoilé
Franchissant une à une les couches de la nuit
Et venir enfin
au devant de la transparence de l’aube
Et te dire, avec l’évidence du jour, « me voici »

P. Notre Père…

Chant : Ô croix, victoire éclatante, Ô croix de Jésus-Christ ! (bis)

Tu jugeras le monde
au jour que Dieu s’est choisi.
Croix à jamais triomphante,
Ô croix de Jésus-Christ !

François Cheng

L 2. Au creux de l’aveugle abandon
Conduis-nous
Le long des filons
Vers où jaillit un jour
L’irrépressible désir
Creuset originel où tout se rejoint
Les corps rompus
n’y toucheront nuls confins
Les cœurs brisés y battront sans fin
La mort ne sera plus notre issue.

Nous sommes tous invités à allumer un lumignon et à le déposer sur la Croix à la Chapelle de la Vierge.

Retrouvez les horaires de la Semaine sainte à Saint-Eustache en cliquant sur ce lien.



73 Partages
Tweetez
Enregistrer
Partagez73
+1