Méditation du 18 novembre 2020 par le père Jacques Mérienne

Méditation du 18 novembre 2020 par le père Jacques Mérienne

Nous lisons aujourd’hui la version de Luc de la parabole des talents que nous avons lue dimanche dernier dans Matthieu. Elle devient la parabole des mines, une monnaie moins lourde que les talents, et l’homme riche part pour être fait roi, une parabole dans la parabole. La pointe de la parabole est la même, à tous est confiée la Parole de Dieu, représentée par la richesse, les disciples vont la faire fructifier car pour eux elle est vivante et adressée à tous, les scribes et les pharisiens vont l’étouffer car pour eux la loi doit rester immuable. La source de cette parabole est dans une autre parabole de Jésus : « celui qui est fidèle pour une très petite chose est fidèle aussi pour une grande » il s’agit aussi d’un intendant habile pour se sortir d’une mauvaise passe (Lc 16, 1-13). Beaucoup de paraboles nous parlent en effet de l’habilité des disciples, de leur créativité, et des encouragements de Jésus pour qu’ils prennent des risques parce qu’en s’engageant ils font grandir la Parole. Toute proportion gardée nous retrouvons un peu cela dans la question de la messe qui n’est plus célébrée pour cause de confinement. Il y a ceux qui se révoltent parce que rien ne peut changer, et il y a ceux qui s’adaptent. « Le message est passé, se félicite Mgr de Moulin-Beaufort en sortant d’une rencontre avec le premier ministre, le dialogue est établi avec le gouvernement : il faut maintenant trouver des formes d’action qui correspondent à la situation sanitaire. Je suis convaincu que les communautés trouveront les gestes significatifs pour célébrer le Christ Roi dimanche prochain et entrer dans l’Avent le 29 novembre en respectant les consignes sanitaires.» Un bon chrétien est un chrétien créatif.



0 Partages
Tweetez
Enregistrer
Partagez