La joyeuse « pagaille » des JMJ@Panam’

Chers paroissiens de Saint-Eustache,

Lors des Journées Mondiales de la Jeunesse de 2013, le Pape François avait lancé aux milliers de jeunes réunis sur la plage de Rio cet appel un brin provocfant : « J’aimerais vous dire une chose. Qu’est-ce que j’attends comme conséquence de la Journée mondiale de la jeunesse ? J’espère de la pagaille ! Va-t-il y avoir de la pagaille ici ? (…) Oui ! Je veux de la pagaille dans les diocèses ! Je veux que vous alliez à l’extérieur ! Je veux que l’Église sorte dans les rues ! (…) Les paroisses, les écoles, les institutions, sont appelées à sortir ! S’ils ne sortent pas, ils deviennent une ONG et l’Église ne peut pas être une ONG ».
Cinq ans plus tard, l’appel résonne toujours. Et ce week-end, Saint-Eustache et le voisinage en font l’écho ! Cette pagaille, elle se veut festive, joyeuse et chaleureuse. Mais peut-être qu’elle est aussi bruyante et sonore aux oreilles de certains. L’explication est vite trouvée : à l’heure où le Pape entouré de milliers de jeunes du monde entier se retrouve sous le soleil d’un petit coin de paradis des tropiques, d’autres ont choisi de vivre les JMJ à domicile. Changez en effet une lettre et Panama devient Paname ! Ajoutez-y des ingrédients qui font la joie et la réussite de ces grands rassemblements festifs et spirituels, et vous trouverez les JMJ@Panam’. Au menu de ces quatre jours : catéchèses, processions mariales, conférences, concerts missionnaires, petit déjeuner caritatif et messe internationale pour les jeunes de tous bords.
De cette « pagaille » qui se veut paradoxalement organisée, Saint-Eustache et ses environs en sont le décor privilégié : samedi, place est faite au village missionnaire du « Festiv’Halles des Talents », au concert sous la Canopée du Forum des Halles et à la longue veillée de prières sous les voûtes de pierres. Dimanche, le parvis accueille le petit déjeuner caritatif où, avec le concours des acteurs locaux, jeunes et moins jeunes se retrouvent pour échanger, discuter et se réchauffer dans la fraternité.
Mais tout cela a un but précis : « de la pagaille » a dit le Pape ! Certes, mais pas simplement dans les rues de nos villes. Cette pagaille, elle vise aussi et surtout à agiter nos cœurs trop souvent sclérosés et encombrés, peureux et ténébreux. L’enjeu est en effet de permettre aux jeunes de se laisser toucher par Dieu pour ébranler en eux tout ce qui n’est pas digne du Royaume des Cieux. Seul, le Créateur et Sauveur sait ce qui est semé durant cette joyeuse pagaille des JMJ@Panam’, mais à vous tous qui formez le corps du Christ à Saint-Eustache, nous adressons un très chaleureux merci pour votre accueil et vos prières.
Que Dieu vous bénisse et que la Vierge Marie veille sur vous.

Le Père Cyrille Janssen pour l’équipe des JMJ@Panam’