Des Oratoriens méditent la Bible

Première lecture du mercredi 24 mai 2017

Debout au milieu de l'Aréopage, Paul dit alors : « Athéniens, à tous égards vous êtes, je le vois, les plus religieux des hommes. Parcourant en effet votre ville et considérant vos monuments sacrés, j'ai trouvé jusqu'à un autel avec l'inscription : « Au dieu inconnu ». Eh bien ! Ce que vous adorez sans le connaître, je viens, moi, vous l'annoncer.

« Le Dieu qui a fait le monde et tout ce qui s'y trouve, lui, le Seigneur du ciel et de la terre, n'habite pas dans des temples faits de main d'homme. Il n'est pas non plus servi par des mains humaines, comme s'il avait besoin de quoi que ce soit, lui qui donne à tous vie, souffle et toutes choses.  Si d'un principe unique il a fait tout le genre humain pour qu'il habite sur toute la face de la terre ; s'il a fixé des temps déterminés et les limites de l'habitat des hommes, c'était afin qu'ils cherchent la divinité pour l'atteindre, si possible, comme à tâtons et la trouver ; aussi bien n'est-elle pas loin de chacun de nous. C'est en elle en effet que nous avons la vie, le mouvement et l'être. Ainsi d'ailleurs l'ont dit certains des vôtres :

« Car nous sommes aussi de sa race. »

« Que si nous sommes de la race de Dieu, nous ne devons pas penser que la divinité soit semblable à de l'or, de l'argent ou de la pierre, travaillés par l'art et le génie de l'homme. »

« Or voici que, fermant les yeux sur les temps de l'ignorance, Dieu fait maintenant savoir aux hommes d'avoir tous et partout à se repentir, parce qu'il a fixé un jour pour juger l'univers avec justice, par un homme qu'il y a destiné, offrant à tous une garantie en le ressuscitant des morts. »

Actes des Apôtres 17, 22-31

Méditation

« Au Dieu inconnu ». Mettant à profit cette stèle vacante, Paul va révéler aux Athéniens, un Dieu non fait de main d’homme, ni limité aux « Églises » et aux rites de ministres attachés, mais présent au cœur des hommes vivant de son souffle, de son esprit. Un Dieu inconnu pour les Athéniens, mais nous-mêmes pouvons-nous LE connaître ? Dieu échappe à toutes les théodicées. « Dieu, mot sans contenu » disait Justin en 150 « Que disons-nous donc de Dieu, dit Augustin. Si vous croyez l’avoir compris, vous êtes le jouet de vos propres pensées. Il n’est donc pas ce que vous avez compris, il est ce que vous ne comprenez pas ». Alors !

Dieu inconnu, mais c’est pourtant de Lui que l’homme, n’étant pas sa propre origine, se reçoit. De Lui, nous recevons l’existence, et le sens à lui donner réalisant ce Projet Divin reçu et auquel nous avons à répondre librement : Projet divin, à réaliser, à vivre et pour ce faire, à écouter dans l’intimité du cœur.

Dans le chef d’œuvre de Michel Ange à la Sixtine, le halo entourant le vieillard tendant vers l’homme, surpris, un doigt chargé de projets à accomplir, a la forme d’un cerveau humain, comme pour nous dire que nés d’un vouloir, d’une intelligence, d’une pensée, l’homme est appelé à l’accomplir. Cet homme par ailleurs en qui je dois savoir croiser le visage de Dieu.

Dieu inconnu, pour nous aussi, mais de qui je reçois l’être et le sens à donner à ma vie. Dieu inconnu, mais « qui êtes l’origine de l’élan et au terme de l’attraction dont je ne fais pas autre chose, ma vie durant, que de suivre ou favoriser l’impulsion première et les développements » disait Teilhard.

Michel Dupuy, prêtre de l’Oratoire à la Valfine, Jura


Chaque semaine, un prêtre de l’Oratoire écrit une méditation biblique en rapport avec le calendrier liturgique.
Pour retrouver les méditations des semaines passées veuillez cliquer ici.

Haut de page

Adresse
Paroisse Saint-Eustache
2 impasse Saint-Eustache
75001 Paris - 01 42 36 31 05

Horaires d'ouverture
9h30-19h en semaine
9h-19h le week-end