Une nouvelle fois le Christ se rend dans une synagogue. La synagogue pour la communauté d’Israël est naturellement lieu de rassemblement, de prière, espace privilégié où le peuple devrait se trouver en communion. Mais dans notre récit, du fait de pharisiens malveillants, cela va devenir lieu de critiques virulentes voire haineuses, de disputes et de polémiques.

Pourtant, le Christ va poser un geste de libération pour ne pas dire de résurrection au profit d’un malheureux handicapé. En cette circonstance, le Christ favorise la vie même s’il apparaît aux yeux des observants comme transgresseur de la Loi. Ce lieu de communion devient espace de divisions.

C’est bien ce sur quoi . En effet, les dérives de l’histoire, l’orgueil des hommes, la fermeture des cœurs et des esprits, ont conduit à la division dans les communautés chrétiennes.

Même s’il y a eu de grands progrès dans la connaissance mutuelle il n’en demeure pas moins que les divisions demeurent.

Aussi, efforçons-nous de dépasser les différences doctrinales. Ainsi, chrétiens de toute confession, nous serons en mesure de nous tourner vers les échoués de l’existence, ceux qui ont disparu des écrans radar de nos communautés, et de leur dire comme le Christ dans un même élan de solidarité œcuménique : “Lève-toi !” Alors nous commencerons à réaliser cette unité souhaitée par le Christ :

“Qu’ils soient un pour que le monde croie”.

Etienne Labignette, prêtre de l’Oratoire à Paris