Histoire de l’église

Sur le chemin qui mène de l’Île de la Cité à la colline de Montmartre, à proximité de l’enceinte de Philippe Auguste, une modeste chapelle est bâtie en 1213 ; elle devient église paroissiale, consacrée à Saint-Eustache, en accueillant des reliques de ce martyr romain, données par l’abbaye Saint-Denis.

Avec les années, la population ne cesse de s’accroître ; il faut agrandir l’église. La première pierre de l’église actuelle est posée le 19 août 1532, sous François 1er, sans que l’on ne connaisse le nom du premier architecte. Même si la construction a duré plus d’un siècle, le visiteur qui entre à Saint-Eustache pour la première fois, ne manque pas d’être frappé par son unité. Le 26 avril 1637, l’église est enfin consacrée par Jean-François de Gondi, archevêque de Paris.

En 1655, Colbert, paroissien et premier marguillier de Saint-Eustache, fait aménager deux chapelles sous les tours de la façade, ce qui en compromet gravement la solidité. On doit démolir la façade ainsi que la première travée de la nef et des bas-côtés. Le 22 mai 1754, le duc de Chartres – futur Philippe-Egalité – pose la première pierre du portail actuel. Les plans avaient été dressés par Jean-Hardouin Mansart de Jouy ; la construction, continuée par Pierre-Louis Moreau, est restée inachevée… jusqu’à aujourd’hui !

En savoir plus

Œuvres contemporaines

Tryptique « La vie du Christ » de Keith Haring

Un des éléments qui fait la richesse et la diversité de la paroisse. En témoignent les oeuvres d’artistes célèbres qui ont peuplé son édifice au cours des siècles, qu’elles soient de Vouet, Rubens, Pigalle, Baltard, ou plus récemment de Raymond Mason, Keith Haring ou John Armleder.

Découvrir les Œuvres

Patrimoine artistique

Par son plan et sa structure, Saint-Eustache est la fille de Notre-Dame de Paris : nef flanquée de bas-côtés doubles et de chapelles, large transept non saillant à l’extérieur, choeur entouré par un double déambulatoire et une rangée de chapelles.

L’architecture de Saint-Eustache a été l’objet des jugements les plus contradictoires : les uns révèlent une admiration passionnée, les autres la plus extrême sévérité.

En savoir plus

Une paroisse confiée
à l’Oratoire de France

En 1922, l’Archevêque de Paris a confié la paroisse Saint-Eustache aux prêtres de l’Oratoire. Cette petite société de prêtres a une double origine historique ; à Rome au 16ème siècle avec saint Philippe Neri et en France, au 17ème siècle, avec le cardinal Pierre de Bérulle. L’Oratoire compte actuellement une quarantaine de prêtres se consacrant à une activité apostolique dans le cadre d’une vie communautaire.

Rassemblés autour d’une spiritualité centrée sur l’incarnation du Christ, les oratoriens sont d’abord prêtres au service de l’église.

Présents au coeur des villes, ils s’efforcent d’être attentifs aux personnes qui vivent, parfois, des situations urbaines difficiles et différentes. Ils ont la charge de 3 églises : Saint-Eustache à Paris, les sanctuaires Saint-Bonaventure à Lyon et Saint-Ferréol à Marseille.

Traditionnellement soucieux des questions liées à l’éducation et à la transmission, ils sont aujourd’hui présents dans l’animation de plusieurs établissements scolaires.

Restauration Chapelle des Saints Anges

Dernière restauration par la Ville de Paris à l’occasion de l’exposition « les couleurs du ciel » en 2013.

Découvrir la restauration

La fabrique Saint-Eustache

«Ne rien faire serait figer la marche du temps et laisser à nos successeurs une tâche encore plus lourde.
Depuis le lancement de la construction de Saint-Eustache en 1532, l’église s’est adaptée à son temps, aux mutations du monde, de la cité, de la société. Aujourd’hui, le quartier des Halles, au cœur de Paris, connaît de nouveaux développements. Saint-Eustache, nourrie d’histoire, se doit d’accompagner ces évolutions, de poursuivre l’œuvre de nos ancêtres… »

George Nicholson, de l’Oratoire, ancien curé de Saint-Eustache

En savoir plus
Partagez
Tweetez
Partagez
+1
Enregistrer